Dans quels cas utiliser un tuyau micro-poreux ?

max 24 juillet 2017 1

Dans quels cas utiliser un tuyau micro-poreux ?

Réputé efficace en terme d’arrosage et surtout économe en eau, le tuyau micro-poreux est une bonne alternative à l’arrosage manuel (avec un jet d’eau, un pistolet ou un lance d’arrosage ou encore un arrosoir). Cependant, son usage n’est pas adapté à tous les types de végétaux et à toutes les situations.

Le fonctionnement d’un tuyau d’arrosage micro-poreux

Le tuyau micro-poreux a un fonctionnement qui se rapproche d’un goutte-à-goutte, même si la technique employée est différente. Le but est de délivrer de l’eau précisément et en petites quantités à des endroits précis.

L’usage d’un tuyau micro-poreux est particulièrement recommandé lorsque l’on souhaite irriguer des plantes disposées en massifs ou en haies, ou bien pour un potager ordonné en rangées. C’est même indispensable pour certains types de plantes, qui ne supportent pas l’arrosage classique (type pommeau de douche) car celui-ci développe des bactéries sur les feuilles qui restent mouillées longtemps.

Si le type de plantes que vous souhaitez arroser est compatible avec l’arrosage par tuyau micro-poreux, alors n’hésitez pas à vous équiper. Une fois acheté, le tuyau s’installe simplement : il faut partir du point d’arrivée d’eau (ou bien d’un point de raccordement avec un autre tuyau le cas échéant), puis dérouler le tuyau micro-poreux le long des plantes que l’on souhaite irriguer. Prenez bien soin de le disposer au plus près du pied de la plante pour un maximum d’efficacité. Si le massif n’est pas rectiligne, définissez le meilleur trajet pour le tuyau et faites le serpenter entre les différentes plante

Le tuyau micro-poreu dans votre jardin

Pour plus d’esthétisme, il est possible de le couvrir de paillis pour le camoufler des regards sans pour autant nuire à son efficacité. Vous pouvez aussi faire serpenter le tuyau entre des massifs relativement éloignés (quelques mètres tout au plus) ou le faire zigzaguer en quinconces par exemple. N’hésitez pas le plier légèrement pour être sur qu’il approche au plus près de chaque plante.

tuyau d’arrosage

Une fois la mise en place réalisée, branchez l’arrivée d’eau et commencez par tester son fonctionnement. Vérifiez notamment que la pression n’est pas trop élevée. Pour cela, le tuyau ne doit pas propulser des petits jets d’eau mais simplement ”suinter” sur le sol. Si c’est le cas, vous pouvez réduire la pression en éloignant le tuyau de la source d’eau principale (par exemple en le raccordant par une jonction secondaire au reste du circuit d’arrosage) ou simplement placer un régulateur au niveau de l’entrée du tuyau.

Vérifiez également que le débit est suffisant pour arriver toutes les plantes, et notamment celles placées à la fin du circuit. Si ce n’est pas le cas, augmentez le débit en plaçant un tuyau au diamètre intérieur plus large ou prévoyez si possible une légère déclinaison à la fin pour faciliter l’écoulement jusqu’au bout du tuyau.

Votre circuit devrait normalement fonctionner sans soucis et permettre une irrigation au plus juste de vos plantes, sans perte d’eau, car celle-ci sera absorbée au fur et à mesure de son arrivée par gouttelettes. Ce système d’arrosage ayant un débit faible (seulement quelques litres par heure), prévoyez des sessions d’arrosage beaucoup plus longues, notamment si vous avez recours à un système automatisé d’arrosage.

Enfin, comme il est parfois difficile de se rendre compte du débit réel que fournit ce type de solution d’arrosage, n’hésitez pas à placer un récipient entre deux végétaux pour voir en combien de temps il va se remplir. Vous aurez ainsi une idée du débit et pourrez alors ajuster la durée d’arrosage optimale, pour être sur que vos plantes soient toujours correctement irriguées.